A Cédric VILLANI

Bonjour,
Ex-enseignant de mathématiques en collège pendant 10 ans puis en lycée pendant 12 ans et enfin en IUT (mathématiques et programmation informatique) pendant 16 ans j'ai dû utiliser l'outil informatique depuis plus de 40 ans... et à 71 ans je suis aujourd'hui retraité.

Au départ (années 1970), il ne s'est agit que du souhait personnel de m'initier à la programmation en Basic GFA avec un AMSTRAD CPC464 puis en PASCAL OSS avec un ATARI 1040 stf.

Ensuite (années 1980) il s'est agit d'utiliser un traitement de texte pour écrire des documents à l'intention de mes élèves et je suis alors passé au monde PC avec les logiciels de Microsoft... qui m'ont fait perdre beaucoup de temps parce que la compatibilité ascendante de l'éditeur d'équation n'a pas été assurée aux changements de versions de Word et de Windows.
Enfin, à l'IUT, j'ai eu à enseigner à la fois les mathématiques et la programmation scientifique en C puis en Python et j'ai participé à l'enseignement pratique de l'informatique industrielle (cartes d'acquisition et commandes de matériel externe via bus GPIB et HPIB...).
Tout cela pour dire que je ne suis pas un "perdreau de l'année" même si je ne suis pas un "vrai professionnel" de la chose !
Quels ont été les problèmes et les évolutions que j'ai rencontrés au cours de ces 40 années de vie professionnelle ?
Tout d'abord la difficulté de suivre les mises à jour de Windows... qui bien souvent deviennent à la fois obligatoires et payantes comme lors du passage de W95 à W98 puis à W2000, W7, W8 ... Ce problème a finalement contraint (il s'agissait bien d'une contrainte) Microsoft à "offrir" W10 aux possesseurs de W8 !
Ensuite, l’impossibilité en IUT de sécuriser des postes de travail destinés aux étudiants lesquels modifiaient régulièrement la position des icônes sur le bureau, installaient des fonds d'écran plus ou moins pornographiques, supprimaient des lanceurs de logiciels... Toutes actions qui rendaient difficiles les séances de TP de programmation !
Enfin, la gestion des antivirus, des bloqueurs de publicité, des anti-espions, des drivers oblige bien souvent à aller chercher des ressources sur l'internet où la moindre inattention fait que l'on télécharge des logiciels "bricolés", des publicités non-souhaitées et qu'on se retrouve avec un ordinateur moins efficace sinon en panne.

A l'IUT, nous avions essayé de mettre en place une salle de 8 machines sous W98 en libre-service : nous avons dû renoncer tellement le nombre de pannes était important et la charge de travail que représentait cette salle était insupportable. Puis nous avons essayé en utilisant Linux (version Kubuntu) et là, le nombre de pannes a été divisé par 100, les interventions sont devenues rares.
Depuis ma retraite, j'anime un club informatique (le CIL à Gometz-le-Châtel) où nous essayons à quelques-uns de progresser dans la connaissance du système et des logiciels libres en général. Nous avons convaincu plusieurs personnes qui avaient des difficultés importantes avec leurs ordinateurs personnels... et qui sont très satisfaites de leur passage à Ubuntu : plus de virus, plus de recherche hasardeuse de logiciels sur l'internet, un système qui se met à jour tout seul et qui ne tombe pas en panne, qui démarre plus vite qu'avec W# et qui termine encore plus vite (fini le message "n'éteignez pas votre ordinateur, installation des mises à jour")... Nous avons - à ce jour - convaincu une vingtaine de personnes. Sans compter que l'installation d'Ubuntu est immédiatement assortie de la suite LibreOffice et de tout ce dont un utilisateur ordinaire a besoin.
Les finances des écoles - comme celles des communes - sont en difficultés et l'adoption de logiciels libres permettrait une économie sérieuse donc un assainissement des finances publiques. L'utilisation de documents en format libre permettrait des échanges de documents plus faciles entre collègues et entre administrations et administrés... Par endroit cela est compris : par exemple, la commune de Voisins-le-Bretonneux vient de passer (en bureautique) aux logiciels libres. Le minimum serait que les écoles, les administrations utilisent Libre-Office et cessent d'utiliser chez Microsoft Internet-Explorer (rebaptisé Edge) pour passer à un navigateur libre et au moteur de recherche Qwant plutôt que Google ; tant que ceci n'aura pas été fait j'aurais du mal à croire à la lutte contre les GAFAM !

D'un point de vue politique maintenant, l'utilisation de logiciels libres permettrait d'éviter de nombreux travers des logiciels "propriétaires" qui espionnent, qui volent les données des utilisateurs. Cela permettrait aussi de limiter les méfaits des GAFAM qui ne paient quasiment pas de taxes en France bien qu'ils y fassent des affaires importantes. Cela permettrait d'assurer l'indépendance de notre pays vis-à-vis des États-Unis d'Amérique dont les positions du président sont souvent inquiétantes.
Les 23 et 24 mars 2019, dans le cadre de l'opération "Libre en fête" promue par l'APRIL, notre club informatique organise deux jours de démonstrations /  conférences / expositions ... nous espérons que vous soutiendrez cette action et plus généralement tous les acteurs du logiciel libre, et si vous en avez le temps nous serions heureux de vous y accueillir !
Pour le CIL,
Georges VINCENTS



PS : Hélas une fois de plus la semaine dernière l'Assemblée Nationale a refusé de prendre en compte les logiciels libres dans l'éducation.